Jul 13

FLAMNET-RETRO : Regard critique post- dialogue: les vraies conclusions : par SAMBA THIAM président des FPC

altDans le document final de l’accord politique on a, de nouveau, parlé comme dans toutes les réformes administratives, politiques et  scolaires  précédentes  ‘’ du renforcement de la langue arabe ‘’. Il faut soutenir ce renforcement de la langue arabe , mais le soutenir  pour  la nationalité arabo-berbère …Il n’est plus  question de  l’appliquer  aux Négro-africains car , pour ces derniers , ce ‘’renforcement’’, dans  le passé et le présent récent, s’est toujours traduit  par davantage d’exclusion . Avec  ce ‘’renforcement de la langue arabe’’ on a cherché à faire de l’unitarisme  plutôt que  l’unité ; Obstinément, on s’évertue  à vouloir gommer l’autre identité  du pays . Oui donc  au  renforcement  de la langue arabe, mais  pour les Arabo-berbères ;au titre du respect de l’ identité négro-africaine qui  s’impose et exige, enfin, l’enseignement et l’officialisation immédiate  des langues nationales wolof , pulaar , soninke et bambara  au même titre que l’arabe ; identité pour identité...

Il n’y a pas de majorité en matière d’identité, tout comme il n’y a pas de majorité en matière de vérité. Rappelons  au passage que le stade de promotion ou du choix des caractères pour la transcription de ces langues est un stade dépassé.

L’élite arabo- berbère ne semble pas se résoudre à admettre  que l’Unité nationale suppose la reconnaissance de l’autre et dans son identité et dans son altérité! Qu’elle requiert l’égale dignité, l’acceptation et le respect réciproque, l’équité et l’égalité des chances devant les opportunités.

Voilà pourquoi nos langues pulaar , soninke , wolof et bambara doivent être érigées en langue de travail et d’alphabétisation des masses  pour en faire de bons citoyens et des acteurs de développement avertis.  L’indépendance culturelle, tant prônée , ne doit pas rester sélective . Elle doit  rimer avec l’indépendance culturelle de tous , sans esprit partisan …

IL ressort par ailleurs du même accord politique que l’on s’acheminerait vers une consultation  référendaire  autour de certains points , dont les emblèmes nationaux , à modifier .  Il nous semble plutôt que le contenu central de ce référendum, s’il avait lieu , doit d’abord porter sur  la question fondamentale, première, du‘’ vivre ensemble’’ à trancher .Voulons-nous , oui ou non, vivre ensemble ‘’? Sur quelles bases, si la réponse devait être affirmative ? A quel prix ? Car comme le soulignait Yehdih : << Un pays est d’abord fondé sur une volonté des diverses parties de coexister , de vivre ensemble , dans la paix . Sans ce choix et cette volonté c’est une partie perdue >>.

Tout le reste constitue des points  corollaires  à cette  question . S’il advenait que la réponse du peuple  fût oui, alors forcément la constitution devra être ouverte afin d’y  insérer  les principes régulateurs du vivre –ensemble  qui touchent à la redéfinition du pays  ( la Mauritanie est un pays islamique , arabe et négro-africain ), à sa re-caractérisation ( la Mauritanie est bi-raciale , multi ethnique et pluriculturelle ) et aux principes , affirmés, d’équité et d’égalité en droits et devoirs  des communautés et des groupes nationaux  en présence .

Au sortir du dialogue national inclusif  il y a lieu nous semble-t-il,  pour rassurer sur la volonté réelle de changement de politique, de poser un certain nombre d’actes concrets qui répondent  à des  attentes pressantes. Il s’agit , entre autres , de déclarer  l’officialisation de toutes les langues nationales , d’acter  la représentativité  des  langues et cultures dans les médias nationaux  , de  rectifier le processus d’enrôlement à travers une recomposition plus équilibrée et des commissions techniques régionales et de la commission centrale de supervision; de ramener les  refugiés du Mali enfin, de geler  provisoirement  toute occupation ou cession de terres, en attendant la mise en place d’une réforme globale plus juste  . Ces points ne requièrent pas de débat particulier  pour relever plutôt de l’initiative du Président de la république. 

Si la Mauritanie connait depuis les années 60  des problèmes récurrents, c’est en raison du projet,   inavoué, tenace, d’assimilation  du groupe négro-africain… impossible à réaliser. On a cherché- on cherche toujours- à copier la réalité du Maghreb, où les populations noires sont reléguées au bas de l’échelle sociale, assujetties aux basses besognes, totalement effacées de la superstructure...C’est une voie sans issue  parce que notre histoire et nos trajectoires  respectives sont totalement différentes ...

L’histoire des populations noires du Maghreb ( 80 millions d’âmes si on inclut l’Egypte ) est complètement différente de celles des populations noires du Waalo , du Tekrour, du Guidimakha . Les premières sont le produit de la traite négrière , surajoutées au substrat négroïde - groupe des vaincus assimilé- ;  les secondes( les négro-africains )- autochtones sur la terre de Mauritanie -, ont, quant à elles ,  vécu libres, avec leur organisation sociale et politique propres ; celles -là  ont gardé intactes leur culture, celles-ci  ont été assimilées,  acculturées et déracinées au double sens du terme .

Telle est la première raison qui justifie pourquoi il faut renoncer à  copier le Maghreb... 

La seconde raison tient à la proximité du Sénégal et du Mali voisins qui, par l’osmose permanente entre populations, rend tout projet d’assimilation voué à l’échec ; à moins d’un rideau de fer à nos frontières...

Et puis il y a la condition des haratines appelée à évoluer, en raison du vaste mouvement des peuples et des idées  induit par la mondialisation…

L’intelligence de la situation , la bonne compréhension, lucide, de ces faits doit nous amener à modifier notre vision et sur les choses et sur  notre devenir en commun qui ne peut plus se fonder sur des rapports de domination  au travers de projet assimilationniste ... Les tenants d’une telle entreprise doivent y renoncer, encore une fois … en dépit de ce que postule la loi de ‘’proximité’’ entre groupes humains . Ces gens doivent enfin intégrer cette vieille donne  que ‘’ les hommes naissent libres et égaux en droits ’’, et qu’ils restent fiers de leurs cultures respectives.

Cette reconversion des mentalités devra également s’accompagner d’un changement de perspective…

Efforçons-nous de changer de perspective , ce serait tout bénéfice…
Au lieu de nous entre-déchirer sur un gâteau minuscule, que les uns veulent accaparer pour eux seuls ,à tout prix, travaillons plutôt à en augmenter la dimension… Autrement dit, mettons- nous, ensemble, au travail pour créer plus de richesses , assez de richesses… suffisantes pour le  plus  grand nombre …

Comment y parvenir ?

En ouvrant les opportunités, en octroyant plus de liberté, en libérant davantage les énergies ... Si l’on  donnait  les mêmes possibilités au lumpen prolétariat du groupe arabo- berbère- laissé  pour compte- que l’on accordait aux éléments négro-africains  et   haratines  les plus dynamiques et les plus  talentueux   les mêmes possibilités et  les mêmes  opportunités , immanquablement nous accroitrions notre richesse en densifiant notre classe moyenne  …En nous  départissant  de toutes considérations subjectives , pour ne retenir , dans le choix des  hommes, que le profil .  Des hommes dynamiques , des hommes d’éthique , des hommes talentueux , trempés dans la transparence…

Cette richesse, ainsi créée, détendra nos rapports sociaux assez tendus  du moment, et réduirait,  ipso-facto , la dépendance  actuelle du plus grand nombre et,  en dernière conséquence , la quantité de frustrations et de rancœurs accumulées toutes ces années  qui, inévitablement, conduisent au conflit, à la violence… Alors que nous devrions nous atteler à panser la plaie des tragiques évènements du passé , à construire la paix ;  et la paix ne peut se bâtir durablement sans l’éradication de ces innombrables inégalités et injustices, flagrantes . Aujourd’hui nous vivons tous, nantis comme démunis tous confondus,  un stress permanent  né de  l’inquiétude et de l’angoisse grandissantes d’un lendemain incertain .Changeons donc de perspective …

Changeons de perspective en choisissant de vivre dans la gaieté , la fraternité , le partage …Partager les richesses, partage la joie et les peines ,partager les plaisirs et les douleurs , la souffrance et l’aisance …La vie est si courte !

Une problématique dernière qui aurait dû figurer en bonne place dans le document final : comment venir à bout du désordre généralisé si nous devions conserver le modèle d’Etat centralisé actuel ? On ne peut rien construire dans le désordre …

Au cours de ce dialogue national , deux ateliers ont essentiellement polarisé l’attention générale (où j’ai consacré les ¾ de mon temps ); l’un portait sur les réformes constitutionnelles et l’autre sur  l’Unité nationale ( question négro-africaine et question haratine ) ; la question de l’Unité fut débattue longuement , avec passion, tout le long des assises . Dans le premier atelier, les points ayant fait objet de consensus , à tout le moins de  majorité, forte , étaient le  sénat  ( dissolution ), le  3e mandat (rejet , même dans les rangs de l’Upr , à l’exception des caciques et griots de l’Udp), le refus d’ouvrir  la limite d’âge (75 ans ) pour les candidats à la présidentielle . D’autres points sont restés clivants ,  tels le changement de drapeau et de l’hymne national  -points  de details - auquel j’avais  souscrit,  mais pour des raisons totalement différentes  de celles de l’Upr, telle, enfin, la création du  poste de vice-président  …Pour ce poste , la conclusion fut  tirée de manière originale par un compatriote arabo-berbère qui, avec humour et ironie, la résuma ainsi : ‘’Je constate que tous les Arabes qui se sont exprimés sur la question sont contre l’institution de la vice -présidence , et que la quasi-totalité  des  Négro-africains sont , au contraire, pour . Les premiers sont contre , pensant que si le poste était crée,  il le serait pour les  Négro-africains , et  ces derniers  étaient  pour , pensant que si la  vice-présidence  était retenue , elle leur reviendrait, tout naturellement  ...’’.  La  salle rit , mais  d’une rire jaune , car  cet  ‘’état d’esprit’’ , subtilement  ressorti par ce compatriote , traduisait  le  malaise réel qui  relançait , avec  amertume,  l’acuité de  la question du ‘’ vivre-ensemble’’. (Notons au passage que  les haratines furent divisés sur la question… )

Dans le second atelier ‘’ l’Unité nationale’’ retint l’attention ; elle fut débattue , longuement , avec passion , pour aboutir à la conclusion -  toutes opinions transversales confondues – sur  la nécessité d’enseigner  et d’officialiser les langues nationales d’une part et , d’autre part, résoudre la question haratine .

Voilà , en résumé , les points essentiels, focaux, qui furent les véritables conclusions du dialogue national . D’autres  points ont été  portés récemment à la connaissance du public ,  mentionnés  dans le projet de révision constitutionnelle en perspective du référendum , entre autres, la redistribution des membres du conseil constitutionnel – qui constitue une illusion, un leurre pour mieux ferrer l’opposition ; en effet la neutralité du conseil constitutionnel pendant les compétitions électorales ne peut découler, véritablement, que de l’indépendance totale de la justice et non de ce type  d’artifice…les cas du Burundi , de la Côte  d’Ivoire et récemment  du Gabon sont là pour le prouver .  On note dans ce projet  d’autres points  comme  la fusion d’institutions islamiques - point  superficiel -  qui  fut  sans intérêt pour la majorité des participants .

A l’exception du point relatif à la dissolution du Senat , tous les autres points présentés dans ce projet  de révision constitutionnelle sont de pure invention ,  et résultent  de négociation menée en catimini et dans l’opacité totale ; ils ne reflétaient donc ni les conclusions véritables des assises , ni  l’avis de la commission générale de suivi du dialogue national . Il  ne  s’agit donc là ,  ni plus ni moins,  que d’une  supercherie… L’esprit et la lettre des assises nationales ont été trahis…

Au vu de ces manœuvres du régime, iL appartiendra donc , à partir de maintenant, aux uns et autres de juger et décider de l’attitude à adopter  face  au  référendum, en perspective, au contenu  falsifié , très éloigné des conclusions réelles du dialogue national …

Pour notre part c’est tout décidé .

 

 Samba Thiam 

 Inspecteur de l’Enseignement Fondamental  

Président des Forces Progressistes du Changement (FPC)  

Nouakchott, le 24 Novembre 2016

 

 

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vos détails de compte:
Commentaire:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img]   
:D:angry::angry-red::evil::idea::love::x:no-comments::ooo::pirate::?::(
:sleep::););)):0
L'auteur de cet article et/ou commentaire est le seul responsable de son contenu et n'engage que sa personne.
Auteur: flamnet Filed Under:
Retrospective - Retrospective
L'auteur de cet article et/ou commentaire est le seul responsable de son contenu et n'engage que sa personne.

les flam dans la presse

Les FLAM dans la

Presse

Les interviews des militants et responsables des FLAM; ce qu'ecrit la presse nationale et international sur nous...

LIRE LES ARTICLES >>

orientation politique

Orientation politique des

FLAM

Les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM) affirment solennellement leur attachement indéfectible aux idéaux de paix...

LIRE L'ORIENTATION >>