Dec 12

Et si le Président ould Abdel Aziz était entrain de poser des petits pas vers l’Unité et la réconciliation nationale ? Par Samba Thiam

altSuite au fiasco de Kaédi , Il aurait été question ces derniers temps , semble-t-il , à travers un article paru dans le site cridem, de confier la gestion du dossier du ‘’Passif humanitaire’’ au ministre de la défense, qui aurait suggéré, comme voie de résolution, tout juste l’indemnisation des veuves…

Un cheval de Troie , comme on en voit en ces temps de crise morale où l’on préfère les honoraires à l’honneur …

Je crois que pour ne pas , une fois de plus, faire fausse route , il y a lieu de définir d’abord ce que le terme ‘’ Passif humanitaire ‘’ recouvre , mais encore et surtout considérer qu’il dépasse largement le cadre étroit des Veuves, pour constituer une ‘’plaie nationale’’. Car si l’Unité est en mal au travers de composantes nationales aujourd’hui divisées, vivant ensemble mais se tournant le dos, c’est, en partie , à cause de ce Passif ; mais en partie seulement ; il est une partie du problème et non le problème . …Prenons garde à penser ce Passif comme la source du problème de l’Unité et croire que sa résolution supprimerait le problème … Non, Il est l’effet et non la cause première qui, elle , est éminemment politique ! On peut résumer ce Passif par l’ensemble des violations commises entre 1986 et 1991 , qui se traduisirent par des exactions de toutes sortes , des tortures , des viols , des déportations massives de populations, leur spoliation, l’épuration ethnique dans la fonction publique et au sein des Forces armées et de Sécurité , des exécutions extra-judiciaires dans la vallée du fleuve jusqu’aux pendaisons au sein de l’Armée de 28 soldats noirs le 28 novembre 1990 , en guise de célébration festive de notre indépendance… Tel est ce qu’on appelle pudiquement ‘’Passif humanitaire’’ et qui , en réalité, s’apparente bien plus à un génocide qui ne dit pas son nom… Ce chapelet d’évènements tragiques n’ont pas surgi comme ça , ex-nihilo ! Ils ne constituent pas la cause du mal-être de notre Unité nationale, encore une fois, mais la conséquence… Conséquence de certaines politiques désastreuses, funestes, à caractère ethniciste , chauvin et raciste…La cause profonde de notre problème d’Unité est d’ordre politique, et réside dans la rupture de l’équilibre entre nos composantes nationales … En effet , en cherchant à faire naître, au forceps, une Mauritanie post- indépendance exclusivement arabe, on s’est attelé à gommer, quasiment , l’autre Identité –négro-africaine -du pays . Ainsi a-t-on développé des politiques ayant conduit au blanchissement méthodique et appliqué de l’Administration, à l’érection d’une Armée et des forces de sécurité quasi mono-ethniques dans leur corps de commandement, aux Ecoles spéciales mono-ethniques, au monopole et du secteur économique et des médias par une seule composante nationale . (les images récentes de la rencontre des hommes d’affaires à la BCM ou de la fête de l’ Armée , ou celles ,au quotidien, des chaînes de télévision nationales parlent d’elles mêmes !) En somme, on a pensé et conçu, sciemment, le projet et les conditions d’une exclusion systématique des uns afin d’imposer l’hégémonie du seul groupe national arabo-berbère . Dans notre quête de solutions pour ressouder notre Unité gravement menacée -si jamais elle devait se produire- il ne faudrait pas que nous trompions dans la démarche, c’est-à-dire confondre l’arbre et la forêt , prendre les conséquences pour la cause première ... La cause première de notre mal-être est politique, fondamentalement, d’où une solution donc nécessairement politique … Voilà pourquoi si un jour on devait prendre le chemin de la Réconciliation nationale,- celle-ci devra , à mon avis , emprunter deux étapes :

- la premièreou phase d’ apaisement – qui s’attèlerait à panser les blessures, à calmer les douleurs en s’attaquant au Passif dans toutes ses dimensions…

- La seconde - ou phase de refondation – qui s’orienterait à poser les bases , solides, d’une Unité nationale durable et viable ... 

I-Première étape - ou phase d’apaisement… Cette première phase requiert la mise en place d’une commission Vérité/Réconciliation ; une structure civile , indépendante, dotée de pouvoirs autonomes réels ,qui aurait pour mission d’établir une liste exhaustive des violations commises entre 1986 et 1991 , enquêter en profondeur , entendre les Victimes, interroger les Auteurs et accorder peut-être au besoin , à l’issue de ces enquêtes, en fonction des cas, une amnistie pour ceux qui se repentiraient et appliquerait la justice pénale pour les cas contraires … Le travail de cette commission tournerait autour du respect de quatre Devoirs essentiels:

- Le Devoir de Vérité ( faire toute la lumière sur violations et crimes commis et situer les responsabilités )

- Le Devoir de Justice ( Punir les coupables ) ; car ne perdons jamais de vue que ne pas sanctionner un crime revient à encourager d’autres crimes, dit-on

- Le Devoir de Réparation ( pécuniaire et morale à l’endroit des victimes et ayants-droit)

- Le Devoir de Mémoire ( visant à réhabiliter toutes les victimes et la mémoire des morts , à marquer la mémoire de la ‘’Nation’’ par un monument du Souvenir ). 

Il faut souligner que l’effet recherché, à travers cette commission, est d’agir comme une catharsis par la vérité établie et les responsabilités situées, et par un repentir, suscité chez les bourreaux… Cette commission définira sa propre méthode d’organisation, son fonctionnement et déterminera la durée nécessaire de son travail qui ne devrait pas excéder 12 mois . Il faudra surtout veiller à ce que cet instrument soit constitué d’hommes intègres, propres, triés sur le volet, à la probité morale et intellectuelle reconnue et éprouvée .  

Tous ceux-là qui auraient été mêlés, de près ou de loin, à ces évènements, à leur genèse, devront être écartés. Ce qui m’amène, du reste, à questionner le choix porté sur ce personnage, supposé piloter l’entreprise…

Enfin ce serait une grave erreur de penser que solder le passif tout court -chose souhaitable et même indispensable -, suffirait à gagner la réconciliation des cœurs et des esprits . Non, il faut plus, car le Passif humanitaire n’est qu’une conséquence d’un mal politique, encore une fois …

II-Deuxième étape - ou phase de Refondation de l’Unité nationale , en danger … Si l’Unité est en danger c’est en raison, essentiellement, de la rupture de l’équilibre entre les composantes nationales, peu après l’indépendance. Hier nos communautés se partageaient les mêmes charges publiques , avaient plus ou moins le même niveau de vie , aujourd’hui une oligarchie issue d’une composante nationale s’arroge tous les droits, contrôle quasiment tous les secteurs de la vie publique ; à cause ou par la complicité de l’Etat… Aujourd’hui , la réalité des pouvoirs politique, économique , militaire, diplomatique , culturel et médiatique reste aux mains d’un seul groupe ethnique. Tel est le constat amer…Or l’on ne saurait forger une nation de cette façon ; Il faut refonder notre Unité…et cette refondation de l’Unité passe, nécessairement à mon sens , par ces quatre axes :

- le rappel du fait historique, têtu ( - deux peuples, deux manières de penser distinctes , deux entités politiques historiques, avec chacune son organisation politique et sociale propre , que le colon a rassemblés dans un même espace…),

- l’identification des principes de base, à poser, devant régir tout projet du’’ vivre-ensemble’’ viable, que sont l’Egalité , l’égale dignité , le respect de la diversité culturelle et ethnique dans les faits ,

- l’édiction de principes constitutionnels sur lesquels devra reposer la cohabitation -à consigner dans une Charte- comme la redéfinition de l’Identité du pays, l’Egalité des groupes nationaux , l’Egalité des langues et cultures, l’Equilibre dans la gestion et la distribution du Pouvoir ), Des réformes institutionnelles, à opérer, allant dans le sens d’une plus grande justice et équité, à tous les niveaux ( recomposition administrative et territoriale ,répartition équilibrée du pouvoir entre le parlement , la primature et la Présidence de la république , et dans les grands Postes de la république ; un Tout qui devra déboucher, dans l’application, sur l’organisation des Etats généraux de l’Armée et des forces de Sécurité ,de l’Ecole , des Medias, de la justice , de l’Administration et de l’Economie ). Ces deux phases combinées devront, bien entendu, être accompagnées d’une large et méthodique préparation de l’opinion interne. Ce n’est qu’à l’issue de ce long processus que l’on pourra espérer réussir une véritable réconciliation… L’Unité de notre pays, pour déterminer son existence même, n’a pas de prix ; un pays stable et viable ça vaut tous les sacrifices … Mais l’expérience des choses nous a appris , hélas! Qu’il ne faut pas aller trop vite en besogne avec un Président, expert dans l’art de mener les gens en bâteau …

10 decembre 2017

Samba Thiam

President des FPC

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vos détails de compte:
Commentaire:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img]   
:D:angry::angry-red::evil::idea::love::x:no-comments::ooo::pirate::?::(
:sleep::););)):0
L'auteur de cet article et/ou commentaire est le seul responsable de son contenu et n'engage que sa personne.
Auteur: flamnet Filed Under:
Agora - Agora
Imprimer PDF
L'auteur de cet article et/ou commentaire est le seul responsable de son contenu et n'engage que sa personne.

les flam dans la presse

Les FLAM dans la

Presse

Les interviews des militants et responsables des FLAM; ce qu'ecrit la presse nationale et international sur nous...

LIRE LES ARTICLES >>

orientation politique

Orientation politique des

FLAM

Les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM) affirment solennellement leur attachement indéfectible aux idéaux de paix...

LIRE L'ORIENTATION >>